Réflexions sur la spiritualité de l’athéisme

Original: http://webspace.ship.edu/cgboer/atheism.html


C. George Boeree

Je suis athée. Cela peut sembler pas particulièrement me rendent admissible pour parler de questions spirituelles. Selon moi, il le fait et particulièrement bien : je vois l’athéisme comme une sorte de minimaliste point de vue spirituel, celui qui a été éjectés si une grande partie de ce que nous pensons habituellement aussi spirituelsurnaturelque l’essence de la spiritualité peut être vu plus clairement.
Les gens vont me demander : vous ne croyez pas en Dieu ? Non. Jésus ? Bouddha ? Je crois que les deux étaient des hommes de grand charisme et de la perspicacitémais n’était ni un Dieu. Vous ne croyez pas en quoi que ce soit ? Bien sûr, je le fais.
Je pense à deux choses avant tout : Nature et amour. La nature est toute-puissante. L’amour, c’est ainsi que je comprends bien. Il aurait été agréable de croire en Dieu, souvent défini comme tout puissant et bon, mais la combinaison des deux comme ça a toujours été trop d’une contradiction pour mon pauvre esprit pour croire en.
C’est le vieux problème du mal : si il est tout-puissant et tout-aimant, pourquoi il puis permet-il mal ? Si vous souhaitez obtenir spécifiques, raison pour laquelle il autorise les enfants innocents souffrir (et ils ne souffrent pas, Don’t they?). Moi, j’ai naturequi me tient en grande estime, mais qui n’est clairement pas aimeret aimec’est bon, mais clairement pas toute puissante.
Qu’en est-il de l’au-delà ? Non, je ne crois pas que soit. Vous voulez dire que vous pensez nous vient de mourir et que c’est ? Oui, c’est vrai. Alors, comment pouvez-vous supporter de vivre ? La vie est assez. Il doit y avoirc’est tout y est. Mais alors, quel est le sens de la vie ? Le sens de la vie est la vie de celui-ci.
Nos vies sont des petites choses. Parfois, nous pensons que nous avons besoin de quelque chose de grand pour les rendre valablescomme la vie éternelle dans le paradis, ou beaucoup de succès, ou intenses expériences. Ou nous nous sentons que nous avons besoin d’une grande philosophie ou religion pour donner sens à notre vie. Mais qui n’est pas vrai.
C’est les petits bonheurs de la vie qui lui donnent un sens. Quelques rires, quelques conversation, bonne nourriture et un peu de sexe, satisfaction au travail bien fait, une promenade sur la plage, faire une différence, même si c’est une petite différence, voir vos enfants devenus des adultes heureux, sain et productif, le lavage de votre voiture, un jeu de cartes, un bon film, une bière… Dieu (si vous me permettez l’expression) est dans les détails.
Il suffit donc vous allonger et profiter de la viesons assez hédonistes ! Peut-être, si votre idée d’hédonisme inclut faites de votre mieux et aimer les autres. Alors, quelle est la différence entre une vie ordinaire et de la qualité de vie personnelle ? Attitude !
Le monde est si incroyablement riche, si incroyablement complexe, qu’il peut nous submerger. Nous se retirent de la richesse de la vie et l’amour dans l’état semi-conscient du monde workaday. Nous battre en retraite dans les rôles et rituels et habitudes et une attitude défensive et alcool et télévision… Nous sommeil-promenade à travers la vie et les bonnes choses ne manquez.
Et la vie est dure. Très difficile pour beaucoup de gens. Nature est ce qu’il est, fait ce qu’il fait, si nous en profiter ou non. Et les gens, bien que capable d’amour, souvent ne montrent pas il. Si nous fermons nos yeux et nos cœurs pour nous protéger. Peut-être nous cultivons même une épaisse couche de cals sur nous-mêmes plus. Mais si nous fermons nos yeux et nos cœurs, nous manquons encore les bonnes choses.
C’est pourquoi nous devons faire face à nos problèmes au lieu de se cacher de leur part, accepter l’anxiété et la tristesse et même la douleur comme inévitables pièces de vie, plutôt que de prétendre que nous ne pouvons être heureux quand la vie est parfaite. Si on s’arrête quand malheur vient à notre rencontre, nous pouvons nous sentir pas autant de douleur, mais nous ne sommes plus ouverts pour le petit, bonnes choses de la vie qui rendent significative.
Donc, il suffit de remonter le moral et faire face ? D’une manière il tous descendent-ils à celle. Vous ne pouvez pas le faire seulvous avez besoin d’aide de Dieu ! Ce serait gentilmais ce type d’aide ne semble pas venir ! Il semble que vous demandez beaucoup d’un peuple par eux-mêmes. Mais nous ne sommes pas tout par nous-mêmes.
Nous ne sommes pas aussi seuls que nous pensons que nous sommes, chacun de nous a enfermés dans une âme de noyer. Je crois que la conscience n’est qu’occasionnellement restreint à l’esprit d’une personne. La plupart du temps, il se situe quelque part entre nous.
Si vous êtes jouant au billard avec un ami, et vous sont vraiment se concentrer sur le jeu, pour un peu tout les deux d’entre vous partagent réellement conscienceil voit ce que vous voyez et vous voyez ce qu’il voit. Lorsque vous faites l’amour avec quelqu’un, vous se perdre dans les uns des autres, perdu dans la passion du moment et conscience de la part. Lorsque vous soulevez vos enfants, vous transmettez vos valeurs et les rêves et les bizarreries, et chaque maintenant et puis ils verront le monde à travers vos yeux et vous par le biais de leur. Je ne parle pas de e.s.p. ou ici des phénomènes psychiques. Je dis juste que nous avons jamais vécu dans ces égos séparés en premier lieu. Nous apprenons tous de croire que nous sommes isolés, mais nous ne sommes pas.

Voilà comment fonctionne l’amour : aimer les moyens de réaliser que vous et votre interlocuteur ne sont pas tout à fait distinctes, que ses besoins et ses sentiments sont les vôtres. C’est regarder dans les yeux de quelqu’un et de vous voir. Et qui nous fournit une source plus de sens !
Okay. Si vous avez un sens dans votre vie. Mais vous n’avez pas un sens ultime, pensez-vous ? No
En fin de compte, pour ce qui est nature est, Ma philosophie athée pauvre dit il ne fait aucune différence si nous blanchi à la fois bonnes et mauvaises ou bonnes et mauvaises d’expérience pleinementsix one, une demi-douzaine de l’autre. Aime ou n’aime pas ? Il n’est pas grave à la nature. Mais avec les yeux ouverts et le cœur nous trouvons le sens, même si elle n’est pas glorifié avec le titre de « ultime ».
J’ai pas envie de convertir quelqu’un à l’athéisme. Il semble assez absurde d’essayer de convertir quelqu’un à rien ! Mais je pense que, même si nous avons rangé nos divers et systèmes de croyances religieuses complexes, la possibilité pour une vie épanouissante demeure. Peut-être, la possibilité est encore renforcée.

« Le philosophe qui rit »
Démocrite, par Antoine Coypel (1661-1722)


© Copyright c. George Boeree 2001

Comments are closed.